Pour des chausses historiques et confortables

En terme de reconstitution, on peut privilégier la couture à la main pour le rendu extérieur, pour l'authenticité, pour la satisfaction d'avoir un costume réalisé de manière artisanale et historique. Mais la couture à la main peut également apporter un avantage indéniable concernant la variété d'assemblages qu'elle permet. Cette variété, pour peu que l'on étudie attentivement les pièces historiques qui nous sont parvenues, peut tout simplement nous offrir un confort supplémentaire et bienvenu.

Pour des pieds de chausses confortables, par exemple. Et quoi de plus essentiel que le confort de nos pieds ?

La technique est tirée du textile and clothing, p.153, l'assemblage permet de ne pas avoir de bourrelets dans les chaussures et de ne pas sentir la couture. Cet assemblage peut être utilisé dans d'autres contextes, c'est celui, par exemple, qui est utilisé pour la tunique de Ste Élisabeth de Thuringe..

chausses-01.JPG La chausse, est en partie assemblée (ici à la machine) : le dessus du pied avec la jambe. La couture que nous allons étudier dans cet article est celle qui permet d'assembler la semelle au reste de la chausse.

chausses-02.jpg Première étape, bâtir les deux pièces. Endroit contre envers : on fait simplement se chevaucher les deux pièces par les marges de couture.

chausses-03.jpg Ensuite, un premier assemblage, sur l'endroit (ou l'envers, peu importe), au point de surjet. Le point doit être suffisamment solide pour supporter l'assemblage et éviter tout effilochage : assemblage et surfilage en une passe.

chausses-04.jpg Lorsque le premier passage (sur l'endroit, ici) est terminé, je repasse sur une forme pour résorber l'embu et bien aplatir mon assemblage avant de continuer.

chausses-05.jpg Je retourne et j'égalise les marges de couture. La première couture est visible sur l'envers.

chausses-06.jpg Deuxième passage sur l'envers, cette fois, toujours au point de surjet pour assembler et surfiler en une passe.

chausses-07.jpg Quand les deux coutures sont terminées, je retire le fil de bâti.

chausses-08-envers.JPG La couture sur l'envers : la couture n'est pas extrêmement régulière mais pour rappel : c'est la couture d'assemblage entre la semelle et le pied de la chausse, elle ne sera donc jamais visible. Priorité au confort et à la solidité dans ce cas !

chausses-09-endroit.jpg La couture sur l'endroit : on voit également les deux coutures d'assemblage.

C'est terminé. Cette technique est un peu longue, mais d'un confort incomparable ! A l'usage, sur de la laine, les deux épaisseurs feutrent et fusionnent, on ne sent alors plus du tout la couture.

Vous pouvez soutenir le blog en faisant un don sur uTip.

Haut de page